La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

LE PHRASE MUSICALE



Bien sûr, le rythme "réel" des notes (les noires, les croches...) joue une part importante dans la phrase musicale...

Mais il n'y a pas que cela, d'autres composantes modifient la perception que l'on a du rythme réel : l'articulation.

L'articulation a donc plusieurs composantes :

 

- Les silences :

Les silences modifient la longueur de la note, sans en changer la place. Les silences introduisent un autre rythme, celui du moment où la note s'arrête.

 

- Les liaisons :

La liaison, pas celle de prolongation où c'est la même note qui se continue, mais quand deux notes de hauteurs différentes sont liés, c'est à dire que la note change sans qu'elle soit réattaquées.

Cette liaison "efface" un peu la deuxième note comme elle n'est pas ré-attaquée et modifie donc notre sensation du rythme.

 

Ce phénomène, naturel avec les instruments à vents (changer de note sans interrompre le souffle) et les instruments à cordes frottées comme le violon (changer de note sans interrompre le coup d'archet), impossible sur les instruments à clavier (piano...) peut être réaliser de 3 manières différentes sur la guitare, avec trois résultats sonores différents :

   1 : la liaison ascendante ("hammering-on" ou "hammer") , ou la liaison descendante ("pulling-off" ou "pull") 

La liaison ascendante exécutée en frappant la deuxième note d'un doigt de la main gauche.

La liaison descendante exécutée en accrochant la corde avec le doigt de la main gauche qui joue la première note.

Avec ces méthodes, on passe directement de la première à la deuxième note.

   2 : la liaison "glissée" ("slide") où, après avoir joué la première note, on glisse le doigt le long de la corde en continuant d'appuyer dessus.

Avec cette méthode, on passe de la première à la deuxième note en entendant les demi-tons intermédiaires.

   3 : la liaison tirée ("bend", "choke") où l'on passe de la première note à la deuxième en "tordant" la corde, vers le haut ou vers le bas, ce qui rend la note plus aigüe car cela tend la corde. Dans l'autre sens (de aigu à grave), il faudra tordre la corde, avant de jouer, et relâcher après avoir joué la note.

Avec cette méthode, on passe de la première à la deuxième note en entendant tous les sons intermédiaires.

 

 

- Le "mouvement des notes" :

Les notes ont des mouvements ascendants et descendants (vers l'aigu ou vers le grave), ce qui forme des groupes de note délimités par les changements de sens.

Ainsi les notes peuvent être groupées pas 2, 3 ou 4 etc.

Ces groupes de notes donnent un "rythme" à la mélodie, et ce rythme peut être différent du rythme réel (noires, croches ...), et c'est même ce phénomène qui rend le phrasé intéressant.

 

 

Exemple :

Dans la phrase au-dessous, le rythme réel est la double-croche, c'est à dire les notes sont groupées par 4 et chaque première note du temps (toutes les 4 notes) est accentuée (partie forte du temps), alors que la hauteur des notes groupe celle-ci par 3. Ainsi dans les groupes de 3 notes l'accent se déplace.

 

 

Dans la phrase ci-dessous, où le rythme des notes correspond au rythme réel, l'accent placé à chaque fois sur la première des 3 notes alourdit énormément la phrase.