La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

DÉFINIR LA TONALITÉ D'UN MORCEAU

 

QUAND ON A UNE PARTITION.

Il faut regarder les altérations à la clé.

 

Il faut, avant tout, savoir que les altérations à la clé obéissent à une règle bien précise :

Il y a une "liste" des dièses et une liste des bémols, appelée aussi "ordre des dièses" et "ordre des bémols".

 

Ordre des dièses :    fa - do - sol - ré - la - mi - si

Ordre des bémols :  si - mi - la - ré - sol - do - fa

 

A remarquer : 

- La deuxième liste est la même que la première, mais dans le sens inverse (et vice et versa...).

- Elles comportent, toutes les deux, les 7 noms de notes de la gamme (do, ré, mi, fa, sol, la, si)

Concrètement, quand on a une altération à la clé, si c'est un dièse, ce dièse sera obligatoirement le premier de la liste des dièses donc fa#. Si il y a deux dièses à la clé, ce sera obligatoirement les deux premiers de la liste : fa# et do#, et ainsi de suite...

Même chose pour les bémols, mais bien sûr avec la liste des bémols.

 

 

POUR EN REVENIR AUX TONALITÉS :

 

Si on a des dièses à la clé : prendre le dernier dièse de la série et y ajouter un demi-ton pour obtenir la tonalité.

Par exemple :

On a 2 dièses à la clé : fa# et do# (les deux premiers de la liste des dièses).

Le dernier dièse est le do#, (do# + 1/2 ton = ré), donc on sera en tonalité de Ré (majeur).

Si on a des bémols à la clé : prendre l'avant dernier bémol pour avoir la tonalité.

Par exemple :

On a quatre bémols à la clé : sib, mib, lab et réb (les quatre premiers de la liste des bémols).

L'avant dernier bémol est le lab, donc on sera en tonalité de Lab majeur.

 

Pour le cas où il n'y a pas d'altération, le solfège classique nous demande d'apprendre par coeur que l'on se trouve en Do majeur, ce qui est logique, seule la gamme de Do n'a pas d'altération... mais en extrapolant, si on prend la règle des dièses, pour le dernier, puisqu'il n'y en a pas, on prend celui de la queue de la liste : le Si et on lui rajoute un demi-ton, on tombe bien sur Do majeur, si on prend la liste des bémol, on prend l'avant-dernier en queue de liste, on tombe également sur le Do, sans bémol, puisqu'il n'y a aucune altération.

Pour le cas où il y a un bémol à la clé, le solfège classique nous demande d'apprendre par coeur que l'on se trouve en Fa majeur mais en extrapolant également, si il n'y a qu'un bémol à la clé, l'avant dernier, on le trouve à la queue de la liste : fa, sans bémol bien sûr.

 

N.D.R. : Il n'est pas dans les habitudes de ce site de vous asséner de telles assertions sans explications et démonstrations, mais pour ce sujet, celles-ci étant relativement complexes, elles viendront plus tard, dans une autre page, et il vaut mieux, pour commencer, apprendre "bêtement" ces règles par coeur.

 

QUAND ON A PAS DE PARTITION.

Il faut avoir, au minimum, les accords du morceau : la grille.

 

- Le premier accord de cette grille, est une indication, mais relativement peu fiable (on pourrait dire à 70%).

Exemple, si le premier accord du morceau est un Ré majeur, la tonalité de celui-ci a une grande chance d'être Ré majeur, sans plus.

 

- Le dernier accord est une indication fiable mais pas complètement (on pourrait dire à 90%).

Exemple, si le dernier accord du morceau est un Ré majeur, la tonalité de celui-ci est certainement Ré majeur.

 

- L'accord qui conclue le morceau donne avec certitude la tonalité de celui-ci (100%).

Jouer votre grille, écoutez votre dernier accord, conclue-t-il ? En appelle-t-il un autre ? Si oui, cherchez cet accord à l'oreille, et vous aurez la tonalité de votre morceau.

Généralement, pour finir un morceau, on met l'accord qui conclue, mais de temps en temps, on ne le joue pas, le dernier accord reste en "suspend", il en appelle un autre mais, que l'on ne joue pas, c'est un "effet" qui rend une fin plus originale.

 

 

Suite :

Les notes des gammes majeures