La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

FENDER JAZZ BASS 1963



   Pour fêter la nouvelle année 2014, contrairement à l'instrument précédent, le lap steel Gibson BR-9, nous ne ferons pas dans l'instrument "bon marché" mais, pour cette basse électrique, dans du "premium" comme on dit maintenant l'industrie automobile...

 

   Alors que sa grande soeur, la Precision bass, apparait en 1951, la Jazz Bass est introduite en 1960, ainsi, cette basse datée sur le manche de janvier 1963, fait partie des premières versions de Jazz Bass.

   Plusieurs fois par an des petits détails étaient changés sur les instruments, ces différentes "versions" permettant de situer un instrument dans le temps, de le dater approximativement, mais, sur les guitares et les basses Fender, en démontant l'instrument, la plupart du temps, on y trouve des dates, par exemple, derrière le manche et derrière les micros, ainsi que, sur les potentiomètres, où l'on trouve des codes indiquant également une date de fabrication de ceux-ci.

   Elle est ici présentée dans son intégralité, avec les pièces métalliques, "cover" (les caches) qui couvrent le chevalet et le micro, pièces appelées "ashtrays" (cendriers) par les américains, ce qui traduit l'utilisation qu'ils en faisaient... Effectivement les musiciens les enlevaient presque systématiquement car ils réduisent les endroits de jeu possibles pour la main droite. (Plus on joue près du chevalet, plus il y a d'attaque et de fréquences aigues; plus on joue près du manche, plus il y de fréquences graves. L'endroit où l'on joue, est donc un facteur très important pour le son obtenu, à quelques centimètres près, le son change.)

   A noter que la place des micros, donc l'endroit de la corde où le micro capte les "vibrations", influe exactement de la même façon; ainsi le son le plus aigu sera obtenu en jouant près du chevalet avec le micro "chevalet" (du côté du chevalet), le son plus grave, en jouant près du manche avec le micro "manche".


Fender Jazz Bass 1963Fender Jazz Bass 1963

Fender Jazz Bass 1963 muteFender Jazz Bass 1963 mute

 

 

   En ôtant à la belle le cache-chevalet on y découvre le chevalet, un deuxième micro (micro "chevalet") mais également un bizarre système d'étouffoirs qui est également présent sur tous les modèles précédents de Jazz Bass mais qui disparaitra définitivement, quelques mois plus tard, dans la version suivante.

    Autre bizarrerie : ce qui maintenant est appelé "thumbrest" (repose-pouce) placé au-dessous les cordes... Donc fait pour poser les doigts et non le pouce. Léo Fender, quand il a créé la basse électrique, pensait que les musiciens la joueraient avec le pouce, non avec les doigts. Bien que les musiciens aient très peu joué de la basse avec le pouce, mais très vite avec l'index et le majeur (2 doigts valent mieux qu'un), ce repose-doigts, apparu sur la precision Bass en 1951, a été déplacé au-dessus des cordes que vers 1973, pour très vite ensuite disparaitre complètement.

   La plupart de ces dispositifs (thumbrest, ashtray covers...) qui avaient disparus dans les années 1970, sont réapparus ensuite sur les modèles "reissue", c'est à dire des copies des premières versions.

Fender Jazz Bass 1963 thumbrestFender Jazz Bass 1963 thumbrest

 

Fender Jazz Bass 1963Fender Jazz Bass 1963

 

 

 

 

   A gauche la Jazz Bass dans sa version "player" sans les étouffoirs et "ashtray covers".

 

 

   Ci-dessous la Jazz Bass dans son coffret d'origine (brown), coffret d'origine indispensable pour les "vrais collectionneurs" et qu'ils peuvent acheter, en cas d'absence, au prix d'une belle guitare.

 

Fender Jazz Bass 1963 in caseFender Jazz Bass 1963 in case