La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

AMPLIFICATEUR FENDER PRINCETON 1963

 

 

Ici, un amplificateur Fender Princeton "mint" (état neuf dans le jargon des collectionneurs) de 1963.

C'est bien sûr, comme le Champ, déjà présenté, un ampli tout tubes (lampes) : préampli, vibrato, ampli, redresseuse.

 

Fender princeton brown 1963Fender princeton brown 1963

 

    C'est l'occasion de vous présenter une nouvelle série des amplificateurs Fender : les "Brown tolex" (ou "Brown") ou encore "Brownface". "Brown" (brun) se rapporte donc à la couleur du revêtement (tolex), et Brownface à la couleur du panneau qui supporte les potentiomètres (boutons).

 


Fender Princeton tweed 1953Fender Princeton tweed 1953

 

 

   Jusqu'au début des années 1960 les amplificateurs Fender étaient quasiment tous présentés dans des "cabinets" (boites) recouvertes d'un tissus brun-jaune strié ressemblant aux tissus anglais le "tweed".

A gauche un Princeton "Tweed" 1953.

 

 

 

 

   Entre la série "Tweed" (jusqu'en 1960 environ) et les "Blackface" et "Silverface" au tolex noir (à partir de 1963-1964) deux séries sont concomitantes : Les "Brown" comme notre Princeton et Les "White tolex" dont la couleur du tolex s'étend du "presque blanc" au "crème", surtout avec les années...

A droite un Band Master "white" 1963, la série ne sera pas appelée "Whiteface" car le panneau est noir...

Fender Band Master 1963Fender Band Master 1963

  La finition "brown" était réservée aux amplis "combo" (1 corps) et la finition "white" au "Piggy-back", amplis 2 corps.

Bien sûr, comme d'habitude, pas de règle absolue, des exceptions : 

Le "Twin", un combo, a été présenté en "Brown" et "White", Le "Champ", n'a jamais été ni "Brown" ni "White" mais est resté "Tweed" jusqu'en 1964, etc. 

 

 

Les plus célèbres modèles d'amplificateur Fender sont ceux qui ont été crés dans les années 1950 : Champ, Princeton, Deluxe, Twin, Bassman, Bandmaster...

Ils ont été déclinés dans toutes les séries : "Tweed", "Brown" ou (et) "White", "Blackface" et Silverface".

 

Si l'aspect extérieur de ces modèles a changé, beaucoup d'autres caractéristiques ont également changés en parallèle :

Au fil des séries, ont été très sensiblement augmentés :

- La taille de la boite (cabinet).

- La taille du haut-parleur (hp).

- La puissance de l'amplificateur.

- Le nombre des réglages possible.

Les circuits électroniques ont été également fortement modifiés au fil du temps.

 

Pour exemple, entre notre Princeton "Tweed" 1953 et notre "Brown" 1963 :

- Le cabinet a pratiquement doublé de volume.

- Le hp est passé de 8" à 10" (pouces, un pouce = 2,54 cm)).

- La puissance est passée de 4,5 Watts à 12 Watts.

 

Réglages :

Sur notre "Tweed" :

2 entrées, volume et tone (tonalité), pas d'interrupteur, c'est le bouton tone qui sert d'interrupteur...

 

Sur notre "Brownface" :

2 entrées, volume et tone (tonalité) vitesse et intensité pour le vibrato qui a été rajouté et un interrupteur (au dos).

 

Fender Princeton 1963 brown panel Fender Princeton 1963 brown panel

 

 

   Ci-contre, un Princeton Reverb "Silverface".

(Le Princeton "normal" a continué un peu à exister)

6 réglages :

- Volume.

- Treble (aigus) et bass (grave).

- Speed et intensity du vibrato.

- Reverb : dosage de la réverbération.

Fender Princeton reverb 1970'Fender Princeton reverb 1970'

 

 

 

 

Fender Princeton brown 1963Fender Princeton brown 1963

   Si une belle housse d'époque sera du plus belle effet, rien ne vaudra un flight case à ses dimensions pour le transport de la chose...

 

    Le Princeton, comme tous les Fender n'est pas un ampli pour jouer du Metal... Plutôt pour le Rock, la Pop ou le Blues, il est parfait en club, peut-être même trop puissant pour la maison pour qui aime faire "cruncher" (saturer légèrement) les amplis (dans ce cas préférez un Champ).

    Pour des plus grandes scènes, il sera rapidement un peu juste pour servir de retour, il faudra compter sur la sono de retour...

   Il est doté, à la quasi unanimité, du plus joli vibrato de la gamme Fender. Si, pour certains, son hp 10 pouces, le fera manquer de grave, celui-ci aidera, selon beaucoup d'autres, le son de cet ampli à "rentrer dans le mix" (mixage).

"Rentrer dans le mix" pour un instrument consiste à ce que l'on comprenne (distingue) bien ce qu'il joue, tout en étant en cohésion avec les autres instruments, qu'il ne paraisse pas "rajouté" à l'ensemble des instruments (le mix).