La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

LE LAP STEEL


 

 

   Créé dans les années 1930 cet instrument est en fait la première, et de loin, "guitare" électrique "solid body".

Entre les deux guerres mondiales, une des musiques à la mode était la musique hawaïenne. Cette musique se jouait (en plus du ukulélé) sur des guitares acoustiques à cordes aciers courantes, posées à plats sur les genoux, et ceci uniquement avec un tube en acier appelé "steel bar" ou simplement "steel". 

Rapidement ils ont surélevé les sillets pour éloigner les cordes du manche pour en faciliter le jeu, les barrettes ne servant plus que de repère visuel, puisque le steel est en fait une barrette extérieure mobile...

Devant le manque de puissance de leur instrument par rapport aux cuivres (trompette, trombone...), les musiciens ont fait poser des micros électromagnétiques sur ces guitares pour pouvoir les brancher sur des amplificateurs. 

   Dès le début des années 1930, les musiciens se sont aperçus que la caisse ne servait pas à grand-chose et même, limitait le volume utilisable de l'amplificateur car le corps rentrait en vibration et ré-amplifiait le signal à l'infini pour donner un sifflement, appelé larsen, et qui couvrait tout ; d'où la disparition de la caisse de guitare pour une vulgaire planche en bois.

A droite un lap steel Fender "champion". Gibson a également fabriqué beaucoup de lap steels.

Lap steel Fender championLap steel Fender champion

 

A noter que Fender avant de fabriquer des guitares "solid body" a construit, pendant plusieurs années uniquement des lap steels et les amplificateurs qui allaient avec.

Sur ces instruments la touche est donc juste dessinée et les cordes à environ 1 centimètre de la touche, ils sont accordés uniquement en open tuning, les 2 principaux étant l'open de sol (ré / si / ré / sol / si / mi de grave à aigu) et l'open de mi (mi / si / mi / sol# / si / mi).

Le lap steel a été remis sur le devant de la scène par Ben Harper, mais David Gilmour des "Pink Floyd" l'a toujours utilisé régulièrement sur scène et sur album.