La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

LES ALTÉRATIONS

 

Nous avons vu dans un article (les notes sur la guitare) qu'entre certaines notes consécutives il y avait un intervalle (une distance) d'un ton (2 cases) quand, entre d'autres notes (consécutives) il y avait un intervalle d'un demi-ton (1 case).

Quand nous avons un intervalle d'un demi-ton entre 2 notes, nous voyons sur le manche de la guitare qu'il n'existe pas de note entre ces deux notes, par contre quand nous avons un intervalle d'un ton entre 2 notes, nous voyons qu'il existe une note entre ces 2 notes.

Cette nouvelle note peut être considérée de deux manières : celle de la première note ayant été augmentée ou celle de la deuxième ayant été baissée.

Le fait d'augmenter une note d'un demi-ton se matérialisera par un dièse ( # ) devant la note.

Le fait de baisser une note d'un demi-ton se matérialisera par un bémol ( b ) devant la note.

Par exemple :

Entre do et ré, il y a un ton donc 2 cases, il existe donc une note entre ces deux notes. elle peut prendre 2 noms : soit do#, soit réb.

 

Ces deux appellations représentent la même note sur la guitare, mais en solfège, dans certains cas, comme pour les notes des accords, afin  de pouvoir appliquer les règles, il faudra distinguer si cette note est un do qui a été augmenté, ou un ré qui a été diminué.

 

 

Attention : le centre de l'altération sera centré comme la note que cette altération concerne (la note qui suit) :

 

 

 

Les altérations dans les partitions :

 

Dans les partitions, on distingue deux sortes d'altérations :

 

 LES ALTÉRATIONS ACCIDENTELLES

 

L'altération accidentelle, elle se place devant une note et affecte celle-ci et toutes les notes de même nom (et même place sur la portée) se trouvant après elle, jusqu'à la barre de mesure (la fin de la mesure).

 

Le problème est que si après cette note altérée (modifiée par une altération), dans la même mesure, nous voulons retrouver cette même note non altérée, il nous faut un signe pour "annuler" cette altération. Ce sera le rôle du "bécarre", qui annule l'effet d'un dièse ou d'un bémol ceci jusqu'à la fin de la mesure (on peut également ensuite remettre dans la même mesure, la même altération, qui annulera l'effet du bécarre...)

 

- Si on rencontre une note de même nom mais d'une place différente sur la portée, on remettra une altération devant cette note si l'on veut qu'elle soit altérée ; si cette note n'est altérée, on peut ne rien mettre, mais beaucoup de musiciens y mettent un bécarre par précaution.

 

 

 

LES ALTERATIONS A LA CLE

 

L'altération à la clé, elle se place en début de morceau, juste après la clé (de sol pour la guitare). La position du centre de l'altération, placé comme une note par rapport aux 5 lignes de la portée,  indiquera le nom de la note qui sera altérée.

Les altérations à la clé affectent toutes les notes du morceaux portant ce nom, quel que soit leur place sur la portée (leur octave).

Si on a besoin de la version naturelle (non altérée) de cette note au cours du morceau, on utilisera le bécarre, qui lui agira (annulera l'altération), jusqu'à la fin de la mesure (le bécarre se comporte comme une altération accidentelle).

 

 

 

Les altérations à la clé obéissent à une règle bien précise :

Il y a une "liste" des dièses et une liste des bémols, appelée également "ordre des dièses" et "ordre des bémols".

 

L'ordre des dièses :    fa - do - sol - ré - la - mi - si

L'ordre des bémols :  si - mi - la - ré - sol - do - fa

A remarquer : 

- La deuxième liste est la même que la première, mais dans le sens inverse (et vice et versa...).

- Elles comportent, toutes les deux, les 7 noms de notes de la gamme (do, ré, mi, fa, sol, la, si).


Concrètement, quand on a une altération à la clé, si c'est un dièse, ce dièse sera obligatoirement le premier de la liste des dièses donc fa#. Si il y a deux dièses à la clé, ce sera obligatoirement les deux premiers de la liste : fa# et do#, et ainsi de suite...

Même chose pour les bémols, mais bien sûr avec la liste des bémols.

Quand vous rencontrez des altérations à la clé, ce qui importe est donc de regarder si ce sont des dièses ou des bémols, et leur nombre, en connaissant l'ordre des dièses et celui des bémols, vous les identifierez.

 

 

 

Suite :

Les répétitions de mesures